Baisse des naissances : la France va-t-elle disparaître ? (Non)

Sans-titre-1

Entre affolement et approximations, les données sur la fécondité française en berne subissent un traitement médiatique qui n’est pas du goût de notre chroniqueur Éric Le Bourg, chercheur retraité du CNRS en biologie du vieillissement.

Le nombre de naissances a baissé de 7% au premier semestre de 2023 par rapport à celui de 2022, et cela a fait la Une de la presse début août. Les résultats de juillet confirment cette baisse par rapport aux années précédentes et commencent à inspirer les mêmes commentaires, souvent affolés, ce qui permet de ne pas les attendre tous et de s’intéresser à ceux d’il y a un mois.

Lire aussi → Réforme des retraites : que valent les arguments démographiques ?

Avant toute chose, rectifions certaines erreurs. Le Figaro — ce n’est qu’un exemple — a écrit que 314 400 enfants sont nés en France au premier semestre 2023, mais ce nombre ne concerne que la métropole, puisqu’il est de 333 800 pour la France entière. De même, le nombre de décès n’est pas de 313 300, mais de 320 314 pour la France entière, ce qui relativise un peu l’article des Échos qui écrivait que « le nombre de décès (313 300) a presque dépassé celui des naissances », puisque la différence n’est plus de 1100 naissances en plus des décès mais de 13 500. Encore une erreur, chez RTL, entre autres médias, qui écrit que « les femmes ont par ailleurs leur premier enfant de plus en plus tard : 31 ans aujourd’hui », alors que 31 ans est l’âge moyen à la maternité, l’âge au premier enfant étant d’environ 29 ans en métropole. En somme, ces erreurs malencontreuses contribuent à noircir la situation.

Faut-il donc s’inquiéter de cette baisse du nombre de naissances en 2023, comme France 2 le 3 août qui explique que « moins d’enfants signifie donc moins d’actifs demain pour assurer le financement des retraites », en présentant le ratio du « nombre de cotisants par retraité » de 1,7 en 2023 et 1,4 en 2070 ? On comprend en écoutant la journaliste que cette baisse de 2023 va avoir des conséquences dramatiques de long terme sur ce ratio et va même affecter… le nombre de transactions immobilières. Encore plus effrayé, un responsable du Rassemblement national écrivait le même jour dans un tweet que « toute chute de natalité est dramatique pour un pays, cela symbolise son déclin », tout en fustigeant « nos gouvernants… coupables en préférant une immigration de peuplement à une politique de natalité efficace »

Des faits s’il vous plaît

Remettons donc les choses en place. Il est arrivé dans les dernières décennies que le nombre de naissances baisse, avec par exemple un creux en 1993, avant de remonter, avec un pic en 2010, puis une nouvelle baisse depuis 2015. Ces oscillations sont d’abord dues à la variation du nombre de naissances : si elles baissent, elles baisseront de nouveau environ 30 ans plus tard, toutes choses égales par ailleurs. Si elles augmentent, c’est le contraire. Comme elles ont augmenté de 1995 à 2010, on peut s’attendre à une nouvelle augmentation de 2025 à 2040, comme le prévoit l’Insee. Ceux qui s’inquiètent de la baisse de 2023 se croient dans le film Speed, dans lequel un autobus explose s’il ne roule pas assez vite. Pour filer l’analogie routière, le nombre des naissances au fil du temps, c’est plutôt un long trajet sur autoroute pendant lequel la vitesse moyenne varie : ce n’est pas parce qu’on roule à 80 km/h un moment au lieu de 110 ou 130 qu’on va tomber en panne.

En somme, pas d’inquiétude pour l’avenir de la population. Si le nombre de naissances devait continuer à baisser dans les années qui viennent, en particulier après la remontée attendue vers 2025 et ensuite, il serait alors temps de se demander si la France entre dans une période de fécondité faible, ce qui n’est jamais arrivé depuis plus d’un siècle. Depuis des décennies, certains crient à la dénatalité quand le nombre de naissances baisse une année — voire un seul mois — et cela n’a guère de sens, sauf si ces cris d’orfraie sont juste un attrape-nigauds pour servir un projet politique. Pour les autres, peut-être faudrait-il comprendre que la population d’un pays est affaire de long terme et pas de variations mensuelles, semestrielles, voire annuelles.

Enfin, pour ceux qui s’intéressent aux causes conjoncturelles possibles de la baisse de 2023, on peut se demander, par exemple, si les craintes liées à la guerre en Ukraine depuis 18 mois, le fait qu’une partie de la population ne peut plus se loger à cause des locations touristiques qui aujourd’hui remplacent massivement les locations à l’année, en particulier sur le littoral, les bas salaires mangés par l’inflation depuis 18 mois, mais aussi les confinements et couvre-feux de 2020 et 2021 ayant sûrement empêché un certain nombre de couples de se former, n’y sont pas pour quelque chose. Si c’est le cas, nul doute que le gouvernement va, par exemple, s’attaquer aux locations touristiques et aux bas salaires. Nul doute.

2 commentaires

  1. Frédo le 11 septembre 2023 à 18:40

    On pourrait aussi interroger la doxa selon laquelle l’augmentation de la population serait forcément une bonne chose, non ?

  2. Justice4ALL le 13 septembre 2023 à 19:10

    Les gens auront peur de s’engager et, hésiteront à faire un « gosse » à cause de la « crise sans précédent » …des répercussions sociétales majeur!Alors, quoi?On fera comme en CHINE ?On paiera les couples hésitants pour qu’ils en fassent ???-

Laissez un commentaire