La Macronie a-t-elle « sorti 550 000 personnes du sans-abrisme » comme s’en vante Gabriel Attal ?

attal

Le problème, ce n’est pas que le Premier ministre joue avec les mots et les chiffres, c’est qu’il fait le mariole pendant que des sans-abri décèdent dans nos rues.

« Je vous mets au défi de me citer une majorité qui, comme celle-ci, a sorti 550 000 personnes du sans-abrisme, qui a doublé le parc de l’hébergement d’urgence en le portant à 200 000 places. » Pour sa première intervention à l’Assemblée nationale en tant que Premier ministre, Gabriel Attal commence fort.

Mais d’où le Premier ministre sort-il ses chiffres ? De la Dihal (Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement), qui se présentent comme suit : 

« En ajoutant environ 110 000 en 2023, on tombe sur les 550 000 », nous précise Manuel Domergue de la Fondation Abbé Pierre. Encore faut-il ne pas trop chipoter avec les notions que l’on manipule : les personnes sans-abri dans ce tableau ne correspondent qu’à la deuxième ligne…

Suffisant pour accuser Gabriel Attal de tenir des propos « mensongers » ? Peut-être le Premier ministre joue-t-il également avec les mots ? En effet, le locataire de Matignon parle du « sans-abrisme » – comprendre les gens qui dorment littéralement à la rue –, une notion difficile à quantifier, aux dires même des associations, dont le nombre avoisinerait les 12 500 personnes en 2012 et 27 000 personnes en 2016, selon l’Insee.

Quoi qu’il en soit, il n’y a pas vraiment de quoi pavaner comme le fait Gabriel Attal. Selon le rapport de la Fondation Abbé Pierre, publié début 2023, on compte 330 000 personnes sans domicile fixe en France. C’est 30 000 de plus qu’en 2022. Et ce chiffre n’était « que » de 143 000 en 2012. Des données qui concordent avec celles de l’Insee et celles de l’Ined. Ce qui fait de la France le pays avec le plus de personnes sans domicile rapporté à sa population : 0,309% de la population générale, contre 0,253% en Allemagne et 0,174% en moyenne en Europe. Sans parler du fait que pas moins de 2000 enfants vivent dans la rue en France, selon un rapport de l’Unicef, qui alerte sur ce chiffre en hausse de 20% en un an. 

Par ailleurs, concernant l’affirmation comme quoi la majorité « a doublé le parc de l’hébergement d’urgence en le portant à 200 000 places », là encore, Gabriel Attal bombe un peu trop le torse. Sur X (ex-Twitter), Manuel Domergue met les choses au clair : « Oui, le plan Logement d’abord depuis 2017 a permis d’augmenter les sorties vers le logement […] mais Gabriel Attal exagère en disant qu’elles ont été doublées depuis 2017. »

Mais au fond, peut-on reprocher à Gabriel Attal ses déclarations, quand Emmanuel Macron promettait en juillet 2017 qu’il n’y aurait « plus personne à la rue à la fin de l’année » et que sa politique n’a fait qu’accroître la pauvreté ? Il n’est pas trop tard pour se doter d’un ministre du Logement… En attendant, rien que pour ce début d’année 2024, entre le froid métropolitain et le cyclone réunionnais, ce sont au moins sept sans-abri qui ont perdu la vie.

Laissez un commentaire