Autain, Ruffin et Corbière parlent et il faut les écouter

rac

Ces mardi et mercredi, trois figures de la gauche ont donné des interviews à trois grands journaux. Tous trois tracent, chacun avec ses mots, une vision, une stratégie pour l’avenir.

Ces trois « insoumis » se sont vus écarter par la direction du mouvement (que l’on pourrait, à raison, considérée comme parlant comme un seul homme) à l’occasion des législatives anticipées – d’une façon plus ou moins violente. Aujourd’hui sans appartenance partisane, tous trois tracent, chacun avec ses mots, une vision, une stratégie pour l’avenir, en répondant à cette question : après l’accord électoral baptisé Nouveau Front populaire, quelle gauche ?

Interviewée par nos confrères de Mediapart, si Clémentine Autain savoure la bascule qui s’est opérée à l’entre-deux-tours, permettant la déroute du RN, elle prévient : « Il ne faut pas que ce sursaut ne soit qu’un sursis ». Même prudence du côté de François Ruffin, qui se fait alarmiste auprès de Monde : « Il y a un effet trompe-l’œil. […] 57% des ouvriers ont voté pour le RN dès le premier tour. Perdre les ouvriers, c’est très grave pour la gauche : ce n’est pas seulement perdre des voix, c’est aussi perdre son âme. »

Une alerte qu’il, comme il le rappelle lui-même, avait déjà donné en 2022 : « La gauche souffrait de trois ‘trous’ : un trou géographique, la France des bourgs ; un trou démographique, les personnes âgées ; un trou social, les salariés modestes. Mais cette alerte n’a servi à rien. La situation a empiré, et même basculé. »

Ce sursaut électoral pousse la gauche à assumer sa part de l’histoire : « Consolider, structurer le NFP, pour reprendre les mots de Clémentine Autain. Si on veut donner de l’espoir, il faut donner à voir que ce rassemblement existe, qu’il est vivant. » Sans cela, Alexis Corbière, interrogé par Libération, redoute que le NFP finisse pas n’être qu’un « coup tactique » et, dixit Clémentine Autain, « on passera à côté de nos responsabilités historiques », comme à l’heure de la Nupes.

Vision et stratégie

Ruffin fait du Ruffin. Dans sa région, 13 députés sur 17 sont d’extrême droite. Le député-reporter, tout en misant sur la résistance face à cette expansion du RN, dénonce une gauche qui « a fait le choix de l’abandon ». Il raconte : « En 2022, alors que l’Assemblée nationale accueillait 89 députés RN, Jean-Luc Mélenchon déclarait, texto : ‘De toute façon, ces terres-là n’ont jamais accepté la démocratie et la République.’ Ça m’a stupéfié. Car quels sont ces endroits ? Le Pas-de-Calais, la Picardie, le Midi rouge, qui pendant un siècle ont envoyé des députés communistes et socialistes dans l’Hémicycle. »

Et François Ruffin de s’emporter contre cette stratégie qui mise « tout sur les quartiers et la jeunesse diplômée » – ce qu’il appelle les « tours » – quitte à laisser les « bourgs » tout-entier à Marine Le Pen : « Voilà la ligne : se renforcer là où on est déjà forts, quitte à s’affaiblir là où on est déjà faibles… Donc, dans les quartiers, on a des députés LFI élus dès le premier tour. Bravo ! Ce sont les cadres du mouvement, qui ont hérité des meilleures circonscriptions, où la gauche fait 70%, qui n’ont pas à mener de bagarre pour leurs sièges, et encore moins contre le RN. Et ce sont eux qui, depuis Paris, l’Île-de-France, les grandes métropoles, édictent une stratégie perdante pour le reste du pays ! Merci ! »

Même analyse chez Alexis Corbière, qui déplore le fait que « LFI a perdu onze députés, dont neuf dans des zones rurales. Nous ne prendrons pas le pouvoir avec une base sociale et électorale qui se réduit de scrutin en scrutin, ni avec une direction constituée d’un seul et unique profil sociologique. » Idem chez Clémentine Autain : « Si nous essuyons des défaites dans les territoires ruraux, c’est aussi parce que le discours de la gauche y a perdu pied. Le profil de LFI, qui lors des européennes s’est centré quasi exclusivement sur la si juste cause palestinienne, a permis de créer un affect dans les quartiers populaires à forte population issue de l’immigration. Mais si on pense que c’est uniquement en confortant ces points de force qu’on peut être majoritaires dans le pays, on fait fausse route. »

Las, François Ruffin se fait très cash : « Depuis deux ans, LFI, c’est la stratégie Terra Nova avec le ton du Nouveau Parti anticapitaliste »

Le problème Mélenchon

Autoritarisme, stratégie variant au gré du vent, clanisme, intimidation et absence de démocratie. La France insoumise ne vit que par et pour Jean-Luc Mélenchon. Clémentine Autain le dénonce depuis des années. Alexis Corbière – mélenchoniste de la première minute de la première heure – vient d’en faire la douloureuse expérience. François Ruffin a bien failli en perdre son siège : « Pendant trois semaines, nous avons porté notre croix, un sac à dos rempli de pierres, on s’est heurtés à un mur, à un nom : ‘Mélenchon, Mélenchon, Mélenchon.’ » Et il jure que sa campagne a basculé en sa faveur du moment où il a acté sa rupture avec Jean-Luc Mélenchon. « Le peuple de gauche veut la démocratie, il veut le pluralisme, il veut un autre profil que le bruit et la fureur », assure Clémentine Autain. D’autant que cette voie-là est à bout de souffle : le groupe LFI se rétrécie et les sociaux-démocrates reprennent du poil de la bête.

« Quand on voit l’énergie démente dépensée par la direction insoumise dans cette campagne pour faire perdre [Corbière, Simonnet, Davi et Garrido, ndlr], au détriment de l’investissement contre le RN, on se dit que la victoire est immense. Et que l’appareil ne fait pas tout. C’est l’orientation la plus juste qui l’a emporté », abonde la députée de Seine-Saint-Denis.

Ceci étant dit, les voilà, eux trois mais aussi Hendrik Davi et Danielle Simonnet, purgés de LFI et réélus, sans groupe à l’Assemblée auquel se rattacher. Une nouvelle bataille s’annonce alors. En coulisses, la Mélenchonie s’active pour que les communistes ne les accueillent pas. Mais plutôt que d’être « sauvés » par un groupe existant, l’idée serait d’en créer un nouveau. Pour Ruffin, c’est un « groupe trait d’union ; un groupe qui rassemble les communistes, les écologistes, les élus du parti Génération.s et nous ». Pour Autain, c’est « a minima un intergroupe à l’Assemblée nationale, un cadre régulier d’animation du NFP et la possibilité d’adhésions directes ». Pour Corbière, c’est « un grand groupe NFP, auquel appartiennent tous les députés élus à gauche [qui] doit fonctionner de la manière la plus démocratique qui soit ». Réponse au plus tard le 18 juillet, date de formation de la nouvelle Assemblée.

Et après ?

Gouverner ? Ok. Encore faut-il « au plus vite faire une proposition à Emmanuel Macron de premier ou première ministre », rappelle Clémentine Autain. Mais gouverner comment et, surtout, avec qui, étant donné que le NFP ne dispose pas d’une majorité ? Pour Ruffin, c’est clair, il faut qu’Emmanuel Macron « demande à ses députés macronistes de ne pas pratiquer, à l’Assemblée nationale, une opposition de principe ». Et pour Autain, c’est tout aussi limpide, « il faut gouverner sur une base claire, celle du programme du NFP, et pas dans le cadre d’une coalition avec Renaissance, qui serait le bricolage de deux visions de la société qu’on ne peut pas raccorder ».

Ensuite, l’élu de la Somme voit « des coalitions sur les textes ». Mais au-delà, c’est la méthode qui lui importe : « Il ne faudra pas gouverner comme l’a fait le chef de l’État ces deux dernières années, avec arrogance et toute-puissance. Il faudra le faire avec respect pour les Français, avec tendresse même. On doit prendre soin des gens pour prendre soin de la République. »

Voilà le minimum syndical qui attend la gauche en 2024. Le début de l’histoire car, comme le souligne fort à propos Clémentine Autain, « nous n’avons pas encore de majorité, il reste la prochaine législative et la présidentielle à gagner ». Reste à « faire mieux » qu’aux précédentes échéances. Car, hormis sur la planète LFI, 2017 et 2022, on n’appelle pas ça des victoires. 

Partager cet article

Actus récentes

Abonnez-vous
à notre NEWSLETTER
quotidienne et gratuite

86 commentaires

  1. Raph le 11 juillet 2024 à 18:51

    Pas lu votre article autre chose à faire…

    Mais il faut que je vous dise: vous êtes totalement décrédibilisés. Plus personne en France ne se soucie de ce que vous racontez, à part Autin Ruffin et Corbière. Vous avez trois lecteurs. Allez peut-être quatre avec Glucksmann. Bonne chance pour la suite

    • pascale descamps le 11 juillet 2024 à 19:15

      entièrement d’accord on vous souhaite bon courage pour former un groupe ou « maison commune » ou une « petite maison dans la prairie » chère à François Ruffin…. Les électeurs n’aiment pas les casseurs d’espoir 2 jours avant des élections cruciales pour l’avenir du pays…. vous êtes un détail dans le séisme que nous vivons ou allons vivre…. bon courage et bye bye….

      • lasbleiz le 11 juillet 2024 à 20:59

        tout à fait d’accord avec vous deux.

        • Tetu-Delage le 11 juillet 2024 à 21:24

          la meilleure réponse aux approximations de Ruffin une carte fruit d’un travail sérieux d’un étudiant https://x.com/borismericskay/status/1811308486837305808?s=46&t=3He9U9TCU2ZAABQwoIHVyQ



        • Tetu-Delage le 11 juillet 2024 à 21:32

          Ruffin parle de Corbière et Autain, tous 2 élus dans les fiefs du 93 ? « Et François Ruffin de s’emporter contre cette stratégie qui mise « tout sur les quartiers et la jeunesse diplômée » – ce qu’il appelle les « tours » – quitte à laisser les « bourgs » tout-entier à Marine Le Pen : « Voilà la ligne : se renforcer là où on est déjà forts, quitte à s’affaiblir là où on est déjà faibles… Donc, dans les quartiers, on a des députés LFI élus dès le premier tour. Bravo ! Ce sont les cadres du mouvement, qui ont hérité des meilleures circonscriptions, où la gauche fait 70%, qui n’ont pas à mener de bagarre pour leurs sièges, et encore moins contre le RN. Et ce sont eux qui, depuis Paris, l’Île-de-France, les grandes métropoles, édictent une stratégie perdante pour le reste du pays ! Merci ! »
          Mais faites donc un boulot de journaliste et allez vérifier les analyses foireuses de Ruffin. Sinon sur le profil sociologique à LFI, quelle malhonnêteté ! Allez donc lire l’article de Mediapart à ce sujet. Seule LFI ouvre les candidatures et les circonscriptions gagnables à des profils absents de l’assemblée nationale.



    • Michel Davesnes le 12 juillet 2024 à 01:48

      Pour ma part, je préfère écouter Lordon que ceux qui hurlent avec les loups des médias de Bolloré contre Mélenchon. Pour les uns, c’est un antisémite et pour les mous du genou prêts à toutes sortes de compromis, il parle trop fort.
      https://youtu.be/FAMkZSX8Csk?feature=shared

    • Michel Davesnes le 12 juillet 2024 à 09:16

      On ne nous dit pas tout. Je remarque qu’aucun des 3 ne parle des repas avec le multimillionnaire Legrain. C’était pour préparer quoi ?

      • carlos_H le 12 juillet 2024 à 12:08

        C’était pas bon et trop cher… C’est pour ça qu’ils n’en parlent pas. 😉

      • Red Prati le 21 juillet 2024 à 15:39

        Pour préparer le NFP par exemple … Parce que fallait pas trop compter sur JLM et son sectarisme pendant les européennes.

    • Carlos le 12 juillet 2024 à 17:10

      Ce site (Regards) entièrement dédié à ceux qui se décrivent comme social démocrate (comme Hollande par exemple) ne fait plus illusion…Autain et Corbières, bon je m’en doutais un peu, ce sont des machiavels à l’affut d’une opportunité (manque de pot, Macron a dissous avant que leurs magouilles n’arrivent à leur fin) quant à Ruffin, j’avoue que c’est celui qui me déçoit le plus…je le « connais » depuis ses reportages à La bas si j’y suis et je l’ai suivi avec Fakir, son film Merci Patron etc…et j’ai eu l’impression qu’il valait la peine qu’on l’écoute.
      Hélas, il est tombé dans le marigot politique de la Vem république et j’ai bien peur qu’il ne fasse long feu dans pas longtemps, quel dommage !!
      Je les mets en dehors de ma liste de diffusion et je n’écoute plus ce qu’ils disent, en fait c’est nul et on s’en fout !!!

    • Cathy Lina le 13 juillet 2024 à 22:29

      Moi itou. Comment s’intéresser à ce que dit ce quintette de conjurés ? Ils ont assez abusé de la patience des Insoumis et leurs projets sponsorisés par le racheteur d’entreprises Legrain sont désormais connus de tout le monde. Bon voyage !

    • Amelie le 14 juillet 2024 à 14:00

      Vous n avez rien compris ! Ruffin est super ! Il veut aller à Bruxelles pour défendre des idées de gauche “ avec tendresse “. Je suis certain qu il sera convaincre !

    • François Breton le 23 juillet 2024 à 15:16

      Visiblement, cela vous rassure, vous et bien d’autres commentateurs zélés, de penser que dès lors qu’on ne se soumet pas à la ligne mélenchoniste (même quand elle a des accents antisémites ou autoritaire) on est, au choix ou tout ensemble, hollandiste, macroniste, droitier, raciste…
      Heureusement qu’il y a des lieux ( où vous vous exprimez à l’envie) où la critique, la différence de points de vue, l’insoumission au chef, ont encore droit de cité.

  2. lasbleiz le 11 juillet 2024 à 18:52

    « il faudra le faire avec respect pour les Français, avec tendresse même. » dit Ruffin. Quelle condescendance pour les électeurs! Ruffin a démontré depuis un an qu’il était un pitoyable politique, inculte politiquement et penchant avec le vent (de droite) en dehors de ses domaines d’élection: le travail, le social et la mise en valeur de lui-même à coup de slogans creux. Si je crois Corbière sincère (dans la mesure où la politique est de toute façon un panier de crabe), j’ai un profond mépris pour avoir vu Ruffin effrayé entre les deux tours et baissant son froc pour trahir devant les caméras: Mélenchon est un boulet, un boulet….: on aurait dit Louis de Funès surjouant la lâcheté. Mais non Ruffin transpirait vraiment la trouille et jetait sous le bus les autres candidats insoumis (tout pour ma gueule doit être sa devise). Qui a baissé son pantalon baissera son pantalon, qui a trahit trahira. Je ne ferai plus jamais confiance en ce machin dégoulinant qui n’attend que la prochaine occasion de trahir afin d’ obtenir le poste de secrétaire d’état au sport, sport pour lequel il ne fera rien d’autre que de ressasser un ou deux slogan creux ou une anecdote larmoyante sur Roger qui repasse tout seul les slips de l’équipe pendant le week-end alors qu’il est au RSA ouin! Ouin!

  3. Absalon le 11 juillet 2024 à 19:10

    Les insoumis préfèrent la chasse aux traitres à la lutte contre le RN.
    Ce parti m’écœure, me dégoute, me révulse, ils avaient de l’or dans les mains…et n’en ont fait que de la crasse.

    • Magnus le 11 juillet 2024 à 19:17

      N’importe quoi, il y a des députés LFI qui ont été élu bien plus facilement contre l’extrême droite que Ruffin.

      Puis ces trois-là étaient minoritaires dans LFI, c’est pour ça qu’ils l’ont quitté.

  4. jdas le 11 juillet 2024 à 19:14

    Est ce bien utile ces commentaires ? je prends le parti de ne plus les lire.c’est écoeurant de bêtise . c’est mon dernier .Pas la peine de me répondre je ne les lirai plus .
    salut !
    Pensez plutôt à vous entourer de journalistes talentueux et incorruptibles .Vaste programme .

    • Michel Davesnes le 13 juillet 2024 à 12:37

      Si ça peut te rassurer, les commentaires visant les intrigants aux dents longues qu’ils soutiennent, ils s’en tapent à Regards. La clientèle qu’ils visent maintenant, c’est celle de la gaugauche molle, celle qui a été aux manettes sous Hollande, celle qui est prête à tous les renoncements. On ne turbine pas impunément à BFM, la chaîne qui a fait campagne pour l’extrême droite lors des dernières élections sans que ça laisse des traces. N’est-ce pas M. Pablo Pillaud-Vivien, la caution de gauche de cette chaîne moisie ?
      Mais je suis mauvaise langue. Sans doute M. Pablo Pillaud-Vivien, grand humaniste, défenseur des LGBT, n’a pas laissé passer cette saloperie transphobe (voir lien ci-dessous) et n’a pas manqué, au risque de perdre son rond de serviette, de dire à ses collègues : « c’est pas bien ce que vous faites ».
      https://www.arretsurimages.net/chroniques/sur-le-gril/meurtre-dune-femme-trans-titre-transphobe-sur-bfm-paris
      Lordon a bien raison de le dire : On ne s’exprime pas régulièrement impunément dans les médias dominants. Ils y trouvent leur compte. Ou bien ce que vous dites ce que vous dites n’est pas dérangeant, ou alors vous servez de caution du pluralisme.

  5. Magnus le 11 juillet 2024 à 19:20

    « « Le peuple de gauche veut la démocratie, il veut le pluralisme, il veut un autre profil que le bruit et la fureur », assure Clémentine Autain.  »

    Lol, je traduis :

    « Le peuple de gauche veut le capitalisme, il veut le pluralisme dans le cadre du capitalisme, il veut un autre profil que le bruit et la fureur », assure Clémentine Autain.

    Car voilà, ce n’est pas en étant des gentils petits moutons, en s’accommodant du système, qu’on combat l’extrême droite.

    La vraie démocratie c’est celle-ci : Ruffin, Corbière et Autain n’étaient pas majoritaire dans LFI, c’est pour ça qu’ils l’ont quitté.

  6. Georges B le 11 juillet 2024 à 19:31

    Je me suis arrêté à la première ligne de votre article :  » Ces trois « insoumis » se sont vus écarter par la direction du mouvement « , ça commence mal, car si effectivement Corbières n’a pas eu l’investiture, ce n’est pas le cas de Ruffin et Autain qui se sont cassés comme des malpropres, n’en déplaise à Ruffin, ça fait trois boulets en moins à LFI, car comment définir autrement ces trois personnages qui n’ont pas arrêté de faire du bashing de LFI et de Mélenchon sur les plateaux.

    • Magnus le 11 juillet 2024 à 20:14

      Oui voilà, c’est normal, ils se sont rendu compte qu’ils étaient minoritaires avec leur stratégie « en douceur » (comme s’il n’y a pas d’urgence, car voilà c’est ma conviction – l’Occident va tout droit dans le mur et on n’a pas tant de temps que ça pour perdre du temps en s’accommodant du système, ce qui finirait toujours par la corruption de toute façon). Et du coup ils ont quitté LFI.

  7. ArthurFleck le 11 juillet 2024 à 19:33

    Maintenant la « stratégie » est surtout économique !Comment on fait pour alléger le quotidien des français » ?Ils faut aider les plus démunis et, mêmes les autres qui peuvent l’être à cause de l’inflation pardi !Faut les rassurer ,les peurs favorisent la montée de l’extrême _droite ,front _national aujourd’hui R N mais, c’est le même qu’hier sauf qu’il est plus _malin et, plus patient peut-être…ça tactique ,c’est le « faits divers » et, les régions sinistrées par des fermetures d’entreprises ,des gens qui se retrouvent plus ,qui comprennent plus que la France s’est libéralisée …

  8. Catherine Colleville le 11 juillet 2024 à 19:48

    Hey les gens ! c’est pas la fin du monde que ces 3 là quitte la FI ! ils ont le droit non ? Moi je vote LFI mais j »suis pas fan de Mélenchon, Panot et Bompard. Je suis pas tous les jours en train de dégueuler sur eux ici ou ailleurs, ça ne sert à rien. Soyons de gauche ! Point barre ….

    • carlos_H le 12 juillet 2024 à 12:14

      le titre de cet article « Autain, Ruffin et Corbière parlent et il faut les écouter » te contredit… S’il est question d’être juste de gauche, cet article traiterait programme et mesures favorisant les luttes émancipatrices et le respect de la dignité humaine pour le bonheur de tous, non? Je crois que beaucoup de commentaires ici viennent rappeler justement que ceci est un sujet annexe et que le « […] il faut […] » est de trop!

  9. DERF le 11 juillet 2024 à 20:05

    Bref,…. Je viens d’entendre Ruffin sur la cinq, il parle comme Roussel.

    • Magnus le 11 juillet 2024 à 20:18

      Ils sont tous les deux journalistes 😉

      Tout comme Robert Ménard. Ils pourraient former un parti :

      « Nous sommes des journalistes et on savent, nous ».

      :))

  10. Lopez le 11 juillet 2024 à 20:06

    Ruffin a raison, tous des planqués dans les circos métropolitaines, n’est ce pas Garrido, Corbiere, Simmonet, Autain et Davi ?

  11. carlos_H le 11 juillet 2024 à 21:39

    Ben je trouve ça super… il y a donc une vie après LFI!
    Bon vent à nos 3 amis que je viens « d’écouter » (ou plutôt de lire) avec attention.
    J’ai l’impression de me retrouver dans un groupe de parole d’alcooliques anonymes… je me suis même surpris à les appeler par leur prénom:
    « bonjour François, bonjour Alexis, Bonjour Clémentine. Non, vous n’êtes pas seuls!
    Répétez après moi notre devise:
    « Mon Dieu, accordez-moi le courage de changer les choses que je peux changer, La sérénité d’accepter celles que je ne peux changer Et la sagesse d’en connaître la différence Mais, mon Dieu, accordez-moi le courage de ne pas renier ce que je crois être bien, même si je pense que c’est sans espoir. » »
    Sinon, ce nouveau « groupe politique » à l’Assemblée ça avance? Est-ce que vos soutiens au moment où vous tapiez sur la France Insoumise vont vous donner un coup de main pour arriver au seuil des 15 députés fatidiques? A moins que ce ne soit Sacha Houlié?
    Alors?

  12. Magnus le 11 juillet 2024 à 21:53

    « Même analyse chez Alexis Corbière, qui déplore le fait que « LFI a perdu onze députés, dont neuf dans des zones rurales. »

    N’importe quoi, ils inventent des choses pour se justifier.

    En réalité :

    74 députés LFI

    contre 75 2022

    Et cela malgré que LFI a accepté de se présenter moins !

    Du coup ça n’inspire pas de tout confiance cette façon très orientée, malhonnête, de dire les choses de la part de Corbières.

    Il est avocat, certes, il me semble, mais quand même, on aurait pu espérer plus d’honnêteté vis-à-vis les citoyens en tant qu’élu !

    Il y a vraiment lieu de s’interroger sur ce qui est VRAIMENT l’intention de ces trois personnes sinistres !

    • Magnus le 11 juillet 2024 à 23:55

      « Il est avocat, certes, il me semble »

      Ah, non, il est enseignant apparemment – ça craint, qu’est-ce qu’il a bien pu dire à ses élèves ? :/

    • Eric le 12 juillet 2024 à 01:16

      LFI a bien perdu 11 députés qui ont été battus la plupart par le RN. Se renseigner avant d’écrire.

      • Magnus le 12 juillet 2024 à 12:32

        @Eric Vous faites semblant de ne pas comprendre. Il dit ça, en faisant abstraction de l’image globale de l’élection où LFI résiste bien malgré avoir dû se représenter moins qu’en 2022.

        Donc : certes, il y a des députés qui n’ont pas été réélu, MAIS il y a des députés qui ont été élus pour la première fois, donc globalement on ne peu pas parler de recul.

        Cela s’appelle du CONFUSIONNISME, voilà pourquoi je suis heureux de ne pas l’avoir eu comme prof !

      • carlos_H le 12 juillet 2024 à 12:32

        mmmm donc si je te suis bien: nous avons donc 75 – 11 = 64 députés LFI à l’Assemblée… c’est bien ce que tu es en train de dire, toi qui est bien « renseigné avant d’écrire » ?

        • Red Prati le 21 juillet 2024 à 15:49

          Non, ce n’est pas ce qu’il dit ! 11 députés LFI n’ont pas été réinvesti, dont 9 dans des zones rurales.
          « LFI résiste bien », oui enfin sans dissidence PS comme il y a 2 ans, donc c’est loin d’être une progression, au plus ça stagne, au moins c’est un recul !



  13. Magnus le 11 juillet 2024 à 23:11

    D’ailleurs j’adore la mise en scène de Regards :

    On les présente avec trois images bien distinctes, comme par hasard disant des choses chacun de son côté qui – comme par hasard – se concordent pour dire la même chose !

    Alors que les images avec tous les trois ensemble ne manquent pas…

    Mais comme vous êtes malins Regards !

    Vous ne faites pas du tout partie du complot hein ? 😉

    :))

  14. Max le 11 juillet 2024 à 23:20

    Ce n’est pas d’aujourd’hui que je vous lis. Depuis des années vous tentez de décrédibiliser la FI, vous avez délibérément décidé de saborder un mouvement en plein essor, malgré les campagnes anti-lfi du système médiatique de la bourgeoisie…ils vous tendent leurs micros avec complaisance…vous partez eh bien salut et bon vent !

  15. Hocine le 12 juillet 2024 à 00:42

    Afin de s’extirper de sortir de ce brouillard politique, l’hypothèse la plus plausible serait le retour de la social- démocratie qui ferait coalition avec les députés macronistes, à l’image de se qui se passe régulièrement en Allemagne. Autin, Corbière et surtout Ruffin, n’ont qu’à postuler à cette alliance ! Problème : la Social démocratie c’est l’ouverture plus grande du robinet du ruissellement dans un monde cornucopien, mais sommes nous encore dans ce monde là ? Par opportunisme, ce trio s’amuse à tuer LFI et par ricochet à favoriser le RN. Tritste !

  16. Faupabuse le 12 juillet 2024 à 00:54

    Comment faire confiance en des girouettes pareils. Corbière Autain Ruffin Garrido Simmonet ne parlent jamais de leurs diners avec ce millionaire, ils préfèrent parler de purge… pathétique, bon débarras. Ces gens viennent tous de milieu éduqué (prof, avocat, journaliste…) mais n’ont aucune culture politique et regard critique. sinon ils se doutraient que jamais ils réussiraient à grimper la marche de la présidentielle. C’est ç la problème de ces gens, c’est qu(ils se pensent intelligents. La cinquière république qu’ils le veuillent ou non n’est pas fait pour les médiocres comme eux mais pour des personnages avec une certaine stature dont ils ne font pas du tout parti. Même Macron est bien au dessus d’eux, c’est dire ….

  17. Lopez le 12 juillet 2024 à 01:09

    Ruffin a raison. Les planqués se réfugient dans les circonscriptions métropolitaines où ils sont sûrs d’être élus au premier tour. C’est pas gentil pour Autain, Garrido, Simonnet, Davi et Corbière.

    • Magnus le 12 juillet 2024 à 12:34

      Lol

  18. Lucien Matron le 12 juillet 2024 à 09:01

    Un député rural, un député métropolitain ou un député de l’étranger est un député au même titre que les autres. Dire le contraire est discriminatoire, pourquoi ne pas faire une partition selon le genre ? C’est ridicule. Il nous faut des députés dans toutes les circonscriptions possibles, et tous seront de bons députés. Corbiëre, Autain, Ruffin et quelques autres sont de bons députés de terrain comme beaucoup d’autres chez les insoumis, les communistes, les écologistes et les socialistes.
    La tentation est grande chez les uns et chez les autres de tomber dans le piège de la bourgeoisie, des soi-disant modérés, des macronistes et de certains socio-démocrates ( « mous de la fesse » comme disait ma grand-mère) qui consiste à dire ni extrême gauche, ni extrême droite, pour pouvoir créer une nouvelle force de centre gauche libérale, qui remplacerait un force de centre droit libérale et ferait, a quelques aménagements prêts, la même politique que celle que nous avons vécu depuis 2017 avec Macron…
    Les électeurs ont exprimé une double attente : un changement de cap politique et un rejet de l’extrême droite incarnée par Le Pen, Bardella et Ciotti. Ce sont les deux seules vérités du scrutin de dimanche dernier. Autrement dit, le nouveau Front Populaire est dans son rôle de coalition, pour proposer un premier ministre et un gouvernement issu de ses rangs. Il ne s’agit pas de commencer à chercher des chicaneries aux uns et aux autres , il s’agit de rester dans le Front Populaire, rien que le Front Populaire, avec les uns et les autres, pour appliquer tout ce qui est possible du programme du Front Populaire.

  19. Picard à fond le 12 juillet 2024 à 11:26

     » Nous devons gouverner avec respect, avec tendresse  » François Ruffin le 07 juillet 2024.
    Le prophète picard a été entendu :
    https://www.youtube.com/watch?v=SgmjznZkL4E
    https://www.youtube.com/watch?v=wEhw9AMYOoA
    https://www.youtube.com/watch?v=Oo_U0HYi2jo

    • Magnus le 15 juillet 2024 à 13:13

      lol

  20. Carraz le 12 juillet 2024 à 11:53

    Il semblerait que tous les puristes LFI, se sont donnés rendez-vous ici, pour condamner celles et ceux, qui ont eu l’outrecuidance de quitter ce parti. Ça fleure bon la vilaine guerre.
    Pendant ce temps, le RN, chemise blanche et cravate, engrange chaque jour de nouveaux électeurs. Dans un temps proche, vous n’aurez plus l’occasion de vous entredechirer.

    • Magnus le 14 juillet 2024 à 01:21

      Perso je ne suis pas militant LFI, et je ne condamne personne pour quitter un parti. Par contre, je ne vois pas pourquoi il y a toute cette mise en scène en quittant un parti, plutôt que de simplement le quitter. Après je suppose qu’ils ont besoin de faire du bruit et de la fureur pour essayer de mettre sur pied un nouveau parti à leur goût à eux.

    • Amelie le 14 juillet 2024 à 13:51

      Faudrait savoir ils ont quitté le parti où c est une purge comme ils l ont crié sur tous les plateaux tv ?

  21. Gege le 12 juillet 2024 à 12:25

    Quand on écoute c’est trois personnes, pour l’essentiel ils ne proposent rien d’autre qui ne figure déjà dans l’ Avenir En Commun . Ruffin est celui qui a choisi de s’en prendre à la FI en pleine campagne pour battre le RN/FN , il a commis une faute politique grave dont il ne se remettra pas de si tôt auprès des électeurs de gauche dont je suis , et je ne crois pas être le seul . Ruffin a fait du marketing électoral, en ballotage défavorable il avait besoin d’un bon report des voix de droite , s’en prendre à JLM et la FI l’a très certainement aidé a l’emporter. Sa fausse opposition des bourgs et des tours , comme si les ouvriers se trouvaient dans les bourgs et pas dans les tours ne sent pas bon , comme si les besoins étaient fondamentalement différents . Comme si les députés et la FI n’étaient pas présents dans les luttes . Corbière lui ne se soucie de la «  démocratie » que lorsqu’il n’est plus investi, par contre quand il l’était auparavant, ça ne le gênait pas plus que ça. Tout cela dans le contexte d’une campagne sans pareil contre JLM et la FI , qualifiée d’extrême gauche , d’être antisemite , renvoyée dos à dos avec l’extrême droite . Regard oublie un peut vite que sans J.LM et la FI il ne serait même pas question du NFP et encore moins de la gauche aujourd’hui en France.
    Nous n’oublierons pas , je n’oublierai pas . Comme l’a dit très justement JLM « en météorologie politique , quand le vent souffle fort il emporte les girouettes ».

    • Bdpif le 12 juillet 2024 à 19:17

      Ha la la …. La météorologie politique.
      Sophia Shikirou elle, s’occupe du calendrier des marées.
      pour regarder les cadavres des frondeurs depuis le bord de la rivière ( citation de elle)

      De la météo populiste …

      • Magnus le 12 juillet 2024 à 20:11

        Disons pour être des cadavres ils sont assez bien lotis je trouve.

        Je dis ça, étant un de ces handicapés qui fait comme il peut… Par exemple, j’aurais très bien pu m’apitoyer sur mon sort – mais au lieu de ça je pense à l’intérêt général et la nécessité de résister et regarder au-delà de son nombril. Chose étrangère à ces personnages sinistres que sont Ruffin, Garrido, son mari et Simonnet.

        L’un est avocat, l’autre journaliste, le troisième…
        Ah mais les pauvres, qu’est-ce qu’ils ne doivent pas subir ces trois-là, comment ils vont manger à leur faim maintenant ?

        « Ah, mais on aurait tellement aimé être majoritaires dans LFI nous, putain ce n’est pas juste, nous qui faisons parmi les plus défavorisés du monde, blablabla… »

        LOL !

  22. Michel Davesnes le 12 juillet 2024 à 12:25

    Posez-vous la question : pourquoi les médias dominants adorent inviter les « frondeurs » de LFI ? Parce qu’il savent qu’ils ne manqueront pas l’occasion de cracher sur Mélenchon, l’antisémite qui parle trop fort. Et aussi, et surtout, parce qu’ils savent qu’ils ne remettent pas trop en question l’ordre établi, contrairement à ceux qui défendent à LFI une ligne de rupture. Pourquoi croyez-vous que ces braves gens se réunissent en secret avec un homme d’affaires multimillionnaire, en compagnie de socialos mous de la chique comme Boris Vallaud ou Johanna Rolland et de communistes ? Voir cet article de l’Express :
    https://www.lexpress.fr/politique/olivier-legrain-le-millionnaire-dans-lombre-de-francois-ruffin-et-de-la-gauche-I3XIQFIVMZGFHIFEEEZOMWTXOY/
    Curieusement, Regards ne parle pas de ces rencontres. Autain, Ruffin, Corbière parlent et il faut les écouter, nous dit Regards. Oui, mais pas quand ils causent à l’homme d’affaires. Celà ne nous regarde pas.

    • Magnus le 12 juillet 2024 à 12:38

      En effet, des personnes marquées par le nombrilisme et élitistes, c’est « ah moi, moi, moi ».

      Ils sont là pour eux-mêmes, quoi.

    • carlos_H le 12 juillet 2024 à 12:43

      lol J’entends d’ici la rédaction de Regards : »c’est tellement démago… on va quand même pas tombé là-dedans! Sinon, l’article sur Mélenchon le stalinien sectaire qui mange du Quinoa ça avance? »

      • Amelie le 14 juillet 2024 à 14:57

        Ce journal est progressivement devenu une serpillière et le nouveau dépôt de bilan ne va tarder à arriver

        • Michel Davesnes le 23 juillet 2024 à 14:27

          Je ne crois pas que Regards va perdre des clients avec son positionnement droitier. Ils vont attirer une autre clientèle.



  23. Lucien Matron le 12 juillet 2024 à 12:39

    La sociale-démocratie européenne, est compatible avec toutes les politiques conduites à Bruxelles et à Strasbourg à quelques aménagement près. Or ni la sociale-démocratie, ni le nationalisme décomplexé., ni le socialisme étatique n’ont réussi à faire bouger les politiques inégalitaires, anti-sociales , anti écologiques. Pourquoi ? Toutes, elle sont soumises de près ou de loin aux marchés financiers, aux pressions des lobbys, à la dérégulation, à l’atlantisme, à l’ultra libéralisme. En France Raphaël Glucksmann est Macron compatible sur ces bases. C’est la raison pour laquelle, il se réfugie derrière un discours où la bonne conscience, la morale, les bons sentiments dominent tous les autres aspects de la vie citoyenne : pouvoir d’achat, réforme fiscale, planification écologique, promotion et développement des services publics. Il est prêt à des compromis avec la macronie et avec la droite dite modérée ( qui ne sont en fait que des extrémistes libéraux) pour ne pas avoir à s’engager sur une politique conforme au programme du nouveau Front Populaire , programme qui marquerait vraiment un changement de cap.

  24. Gargano le 12 juillet 2024 à 13:12

    Pourquoi, je vois Ares et non pas Après pour le nouveau nom

  25. Lucien Matron le 12 juillet 2024 à 19:08

    Le cas Mélenchon évoqué dans les médias mérite quelques rappels. Jean Luc Mélenchon est un militant depuis sa jeunesse au lycée Jean Michel de Lons le Saunier. Il est membre de l’OCI ( trotskystes) de 1972 à 1976, en même temps Cambadélis et Jospin. Puis il rejoint le Parti Socialisté, il est élu à de plusieurs reprises dans les élections territoriales ( conseiller municipal, conseiller général) puis sénateur. il est ministre délégué a l’Enseignement professionnel de 2000 à 2002, dans le gouvernement Jospin . Il est toujours un admirateur de François Miterrand. Il fonde le Parti de gauche en 2008, puis la France Indoumise en 2016. Entre temps, il a été élu député européen et député à l’ Assemblée Nationale. Il connaît donc bien tous les rouages de la politique française et bénéficie d’une grande expérience ce qui peut être utile dans la gestion d’un ministère. Par contre, entre l’OCI, le PS étala France Insoumise, on ne peut pas affirmer que la ligne idéologique soit stable, preuve qu’il est possible de changer de famille. Personne ne peut le reprocher à qui que ce soit . Sur le comportement et les postures, je ne me prononce pas, n’étant psychologue. Par contre, le bruit et la fureur, le clivage et la provocation ne peuvent pas être des pratiques politiques du présent, dans un monde multipolaire et en multicrise, sociale, démocratique et écologique.

    • Gege le 13 juillet 2024 à 09:44

      Il ne faut pas prendre les conséquences pour les les causes et inverser les rôles. Ceux qui clivent aujourd’hui ce sont les riches qui en veulent toujours plus et refusent de contribuer au pot commun en payant l’impôt à hauteur de leur richesse, c’est les médias qui leur appartiennent, c’est la police à leurs ordre , c’est le patronat qui veut revenir sur tous les conquis, notamment ceux «  des jours heureux » , c’est le racisme et la peste brune . Ce qui clive c’est l’imposition sans vote à l’Assemblée Nationale, contre une majorité de français, de la « réforme » des retraites. Et je pourrais continuer la liste encore longtemps. S’imaginer qu’on pourra obtenir quoique que ce soit sans créer un rapport de force , avec tendresse comme dit Ruffin, c’est tromper les gens et les pousser vers l’extrême droite. Et oui la période est très, très, clivante. Et je n’ai pas évoqué la guerre qui menace à nos porte , dans laquelle Glucksmann et consorts veulent nous embarquer.

  26. Michel Davesnes le 12 juillet 2024 à 19:33

    « Par contre, le bruit et la fureur, le clivage et la provocation ne peuvent pas être des pratiques politiques du présent, dans un monde multipolaire et en multicrise, sociale, démocratique et écologique ».

    Vous regardez trop les chaînes de médias dominants qui font un portrait de Mélenchon qui ne correspond pas à la réalité. En fait, ses adversaires, dont Regards, surfent hypocritement sur ce portrait déformé pour ne pas reconnaître que ce qui dérange, en fait, c’est la volonté de rupture avec l’ordre établi. Où s’arrêtera la dérive à droite de Regards ? Ce n’est pas pour rien que la chaîne pourrie BFM a recruté pour servir de caution de gauche Pablo Pillaud-Vivien et Catherine Tricot.

    • Magnus le 12 juillet 2024 à 20:42

      Entre le rn qui dit qu’il ne faut pas avoir eelv et lfi dans le gouvernement, « ensemble » qui dit qu’il ne faut pas la moindre trace de lfi dans le gouvernement, lr qui dit qu’aucun gouvernement sans eux sera accepté…

      La réalité c’est que l’Occident va mal. Les médias, la démocratie représentative, … Tout va mal.

      Au fur et à mesure que le capitalisme a usé l’Occident, la raison a été marginalisée.

      Non, LFI n’est pas antisémite. Non, LFI n’est pas contre la démocratie.

      En déformant LFI, le système cherche à être maintenu.

      Après, quelque chose est potentiellement en train de s’écrouler. Aux Etats-Unis, au fur et à mesure que Biden et le parti démocrate se ridiculisent, les citoyens commencent sans doute à s’en douter que quelque chose cloche. Genre « c’est quoi ce théâtre ? C’est quoi cette mise en scène ? Ils vivent dans quel monde ceux-là ? » Etc…

      Alors ici aussi, comme aux Etats-Unis, il y a de la mise en scène, et comme là-bas elle devient de plus en plus transparente…

      Alors il y a plusieurs choses qui dérangent avec Mélenchon : contrairement à Trump, il est de gauche. Puis il est assez habile. S’il n’est pas tout lisse, c’est justement pour mettre en lumière la mise en scène. C’est mal vu, forcément.

      On a bien vu des accusations d’antisémitisme non fondées être utilisées comme un outil contre Corbyn en Grande Bretagne. MAIS là il a été réélu contre Labour. Et il n’est pas le seul de gauche à avoir été élu contre Labour dans ces dernières élections britanniques.

      Et Labour a gagné sur un score très bas en pourcentage malgré l’impopularité du gouvernement. Ce n’était pas un vote d’adhésion, tout comme quand Hollande était élu.

      Donc on voit que des fissures apparaissent de plus en plus dans le système. Face à ça il essaye toutes sortes de méthodes, de plus en plus grossiers.

      Bien sûr, ce n’est pas facile s’opposer au système. Mais au fur et à mesure que les fissures deviennent de plus en plus évidentes, le plus le système aura de mal à se maintenir.

      Trump et Mélenchon sentent cela chacun dans sa manière. Tout comme le président argentin ou Bolsonaro. Mais à la différence de Mélenchon ils envisagent le maintien du capitalisme et l’abolition de la démocratie. Alors que Mélenchon envisage une rupture avec le capitalisme et le maintien de la démocratie.

      Ici et là dans le monde des personnes ressentent le futur point de bascule. Il y a celles qui veulent basculer du côté du capitalisme. Et celles qui veulent basculer du côté de la démocratie.

      • Amelie le 14 juillet 2024 à 15:07

        Ce qui dérange le plus chez melenchon c est qu il peut réellement gagner avec un réel programme de rupture . Qu il est très expérimenté , qu il est le seul à gauche à bénéficier du soutien des jeunes et des classes populaires et que s il est élu, il se battera pour appliquer le programme point par point au lieu de trahir ses électeurs

    • Lucien Matron le 13 juillet 2024 à 04:58

      Je ne suis ni anti LFI, ni anti Mélenchon , je suis unioniste sans exclusive de toute la gauche. Mais c’est JLM en personne qui a déclaré :  » je suis le bruit et la fureur, le tumulte et le fracas »…Ce n’est pas inventé mais documenté. Dans une coalition, la parole doit être libre, sincère et juste. Il faut savoir le reconnaître.

      • Carlos_H le 13 juillet 2024 à 14:42

        La licence poétique n’a pas sa place en Politique ?

  27. Michel Rieu le 13 juillet 2024 à 10:27

    Vous n’avez donc rien appris, rien compris (je parle à la plupart des commentateurs de cet article) ?
    Ils disaient « social-traitre », « valet du capitalisme », « ennemi du peuple ».
    On sait comment ça a fini, Staline, Brejnev et Poutine…
    Ils ont assommé la belle idée du communisme. Vous voulez lui remettre un coup sur la tête ?
    « Le bruit et la fureur » bien sûr qu’on le paie aujourd’hui. Les bourgeois, au lieu de dire franchement le fond de leur pensée « nous, on est contre la redistribution. L’enrichissement de quelques uns, c’est ça qui est bon. » il leur suffit de dire « pas de gouvernement avec ces sauvages qui vocifèrent ».
    Et ça prend, leur truc, vous voyez bien.
    Bien sûr que ce ne sont pas des sauvages. Ils croyaient bien faire. Mais qu’est-ce qu’on y gagne? Qu’est-ce qu’y gagnent les gens qui triment et qui galèrent ? Qu’est-ce qu’y gagnent l’écologie et la vie sur terre ?
    Des mois et des années de retard.

    • Michel Davesnes le 13 juillet 2024 à 12:40

      C’est vous qui n’avez rien compris. Quand on parle le langage des maîtres, on finit par reprendre les idées des maîtres et adopter le comportement des maîtres.

    • Magnus le 14 juillet 2024 à 00:42

      Pour vous, le Labour de Starmer est de gauche ? Comme le PS de Macron, Hollande et Glucksmann ?

      • Magnus le 14 juillet 2024 à 00:45

        La seule différence entre Macron d’un côté et Hollande et Glucksmann de l’autre, c’est que le premier est plus honnête (sans pour autant être honnête, bien entendu). Déjà en tant que ministre de Hollande il disait ne pas être socialiste.

    • Amelie le 14 juillet 2024 à 15:26

      En attendant lFi fait 1M de votes supplémentaire entre les deux européennes. Et c est le premier parti chez les 18/24 ans ( la où le ps c est 5 % de votes des 18/24 et n a plus aucune base militante solide) et aux législative Lfi a encore progressé chez les abstentionnistes et dans les classes populaires dont vous parlez. Et Ces avancées devrait vous réjouir car quoi qu on puisse penser de Jlm, bompard etc depuis sa création Lfi n a cessé de progresser malgré qu ils aient la totalité des médias vent debout contre eux . Regardez sur youtube la victoire des législatives à Stalingrad et vous pourrez voir si l engouement populaire est au QG du Parti socialiste ou bien derrière Melenchon.

  28. Lucien Matron le 13 juillet 2024 à 21:32

    Il est inutile de crier et de vociférer pour exister en politique. C’est une erreur de me penser et de le croire.. Manon Aibrey et Clémence Guetté, par exemple, disent la même chose dans le calme et sans fureur, et la portée politique est bien significative. Ceci dit, les textes de JLM sont bien plus intéressants, que certaines de ses envolées verbales ou que ses tweets. JLM est le type de responsable politique qui a besoin pour s’exprimer d’une expression longue, complexe et calme. Les Tweet et les petites phrases ne sont pas faits pour ça, il ferait mieux de s’en dispenser.

    • Magnus le 14 juillet 2024 à 00:39

      « Les Tweet et les petites phrases ne sont pas faits pour ça, il ferait mieux de s’en dispenser. »

      Je ne crois pas que ça ferait voter autant de jeunes. Force est à constater que LFI fait assez bien parmi les jeunes. Et aucun vrai changement sans les jeunes. C’est là où le changement commence.

  29. Gege le 14 juillet 2024 à 10:40

    Ne soyons pas naïfs , Ruffin, Autain, Corbière, ont des ambitions. Ce n’est pas nécessairement un défaut . Ils ne sont pas idiots et ont très bien compris que la FI ne les met pas et ne les mettra pas en avant . Ils se voient ministre, voir président , certains l’ont dit . Pour ce faire il leur faut quitter la FI en mettant en avant de faux désaccords profonds comme ils disent. Un peu comme Roussel pour rompre la NUPES, alors que hormis le nucléaire il n’y a pas de réel désaccord avec l’ AEC . Le problème de ces trois mousquetaires est que personne ou presque ne les suit dans leur scission et que personne ne les attend. Quand ils ne seront plus utiles , il fallait taper par personne interposée sur la FI pour ces législatives, le mal étant fait, leurs nouveaux faux amis ne tarderons pas à les lâcher . Car dans les autres partis de gauches d’autres ambitieux sont déjà là depuis un certain temps , bien installés , et n’ont aucune intention de céder leur place . Pendant ce temps la FI marque des points chez les jeunes et les abstentionnistes premier parti de France. L’histoire nous dira ce qui se fomentait dans les dîners organisés chez le multimillionnaire Olivier Legrain

  30. lelièvre jacques le 14 juillet 2024 à 11:06

    Incroyable ce tapis rouge offert par Regards à ces nouveaux très hypocrites et très prétentieux ennemis de LFI et JLM. Ils veulent disent-ils de la Démocratie alors que parmi leurs 5 premiers « adhérents » 2 se sont, de facto, autoproclamés candidats pour la prochaine présidentielle !!! Une conception de la Démocratie que ne partagent pas les Insoumis ce qui expliquerait évidemment…

  31. TURPIN Jean-Christophe le 14 juillet 2024 à 20:15

    L’embourgeoisement des élus et des journalistes est un catastrophe pour la lutte, la gauche, la vrais, celle de rupture …. Même pas les couilles de se présenter sous leur drapeau, en préférant ce faire passe pour des martyre. Les traîtres ont un parti qui s’appelrio el PS !!!!

  32. HLB le 15 juillet 2024 à 13:27

    68 commentaires ? Un vrai succès, le sujet passionne, à juste titre. A lire ces contributions, je m’aperçois que beaucoup de personnes ont un avis très tranché, soit en faveur de JLM, ou des « frondeurs ». Moi, je me sens un peu au milieu du gué….
    Les partant(e)s posent de bonnes questions, notamment sur la nécessaire diversification de l’électorat FI. Si on se concentre uniquement sur un profil, quand on aura fini 10000 porte à porte au même endroit, et qu’on aura convaincu la grande majorité de la France des tours, ce sera le bout de la route. Et la FI n’aura de député(e)s que dans des zones très concentrées. Ailleurs….
    Certaines décisions, certains comportements de la direction FI peuvent interroger et créer des malentendus qui, à la longue, virent aux dissensions.
    Mais si, sur le fond, les membres de la fronde ont raison de poser des questions et d’attendre des réponses, (et ils ne sont pas les seul(e)s), en pratique, leur attitude m’a déçu. Annoncer la rupture en pleine campagne électorale, traiter JLM de « boulet », alors que , si on fait un bilan, il faut aussi parler de tout ce qu’il a apporté, et apporte encore, d’espoir. Quand on voit ce que sont les directions PS/PC, complètement fossilisées !
    D’un autre coté, un frondeur comme Ruffin, lui aussi, a apporté, et apporte toujours, par les questions qu’il pose, beaucoup à la FI. N’oublions pas que, sans lui, beaucoup de gens, même à la FI, auraient, comme dans les centrales syndicales, zappé ou carrément dézingué le mouvement des Gilets jaunes. La tonalité, très répandue à gauche, au début du mouvement, se résumait à: « c’est un mouvement d’inspiration d’extrême-droite ».
    Donc, les torts, s’il y en a, sont partagés. Les député(e)s dissident(e)s auraient, malgré tout, été plus inspiré(e)s de siéger dans le groupe FI. Plutôt que d’aller se coller à des groupes dont la « philosophie » est la verticalité de décisions et l’obéissance à la direction (PC/PS/EE LV).
    Etat de fait qu’elles/ils dénoncent dans la FI. On pense souvent (et souvent à tort) que l’herbe est plus verte ailleurs….

  33. Frédéric Normand le 15 juillet 2024 à 14:50

    Et après ? Gouverner ? Se demande Loïc Le Clerc. Poser la question c’est y répondre : après rien. Gouverner non. Avec 198 députés le NFP ne peut y prétendre. Un gouvernement s’appuyant sur ce bloc minoritaire qui n’est qu’un peu plus fort que chacun des deux autres qui s’opposent à lui serait immédiatement censuré.

    Il faut que le NFP cesse de croire qu’il a gagné les élections. Tout le monde les a perdues. Il doit aussi comprendre qu’il n’est qu’un assemblage de circonstances, conçu pour aborder les deux tours de façon un tant soit peu organisée. Son efficacité s’arrête là. La logique des groupes parlera ensuite, de même que l’orientation majoritairement à droite de l’Assemblée nationale.

    • Mackno le 16 juillet 2024 à 19:42

      C’est marrant ce double standard : si c’est la droite qui a une majorité relative, aucun soucis pour qu’elle gouverne.
      Si c’est la gauche, elle doit forcément « composer » et ne peut pas prétendre gouverner en son nom.

      Pour la droite, en fait, la gauche sera toujours illégitime pour gouverner.
      Sauf si elle a un programme de droite.
      C’est pratique.

  34. Lucien Matron le 15 juillet 2024 à 18:15

    Les législatives ont donné une structuration de l’Assemblée Nationale en 3 blocs.
    Le bloc RN et Ciottistes, est le grand perdant de l’élection par rapport à ce qui était annoncé par les instituts et surtout parce que 2 électeurs sur 3 se sont exprimés contre un gouvernement d’extrême droite conduit par Bardella – Le Pen – Ciotti.
    Le bloc du centre , Macronistes et alliés Modem et autres modérés a perdu plusieurs dizaines de sièges, les électeurs ayant clairement exprimé qu’ils voulaient un changement de cap politique.
    Il reste le nouveau Front Populaire, bloc de gauche qui rassemble le plus grand nombre de députés par rapport aux deux autres blocs.
    C’est cela l’interprétation la plus cohérente politiquement du scrutin, ce que refusent les tenants du titre ( macronistes) et ceux qui se voyaient déjà dans les ministères ( nationalistes).
    La quasi totalité des constitutionnalistes et des politologues ne disent d’ailleurs pas autre choses : le président peut nommer un premier ministre proposé par le NF, il n’y a aucune contre indication constitutionnelle…et ce serait logique.
    Le NFP ne doit pas gâcher cette possibilité, s’il veut rester crédible et pour amorcer immédiatement un changement de politique attendu par les Françaises et les Français sur le pouvoir d’achat, les services publics notamment l’éducation, et la transition écologique. Il y a urgence.

  35. Lucien Matron le 16 juillet 2024 à 07:21

    Dernier épisode : la proposition de Laurence Tubiana au poste de 1ère ministre ouvre une nouvelle perspective avec quelques avantages : elle est issue de la société civile et citoyenne, elle respecte la volonté des électeurs et les désistements républicains, elle a l’expérience des négociations au plus haut niveau y compris européen, elle n’est pas anti sociale, elle connaît bien les milieux éducatifs et écologiques…et quelques inconvénients, elle n’est pas encartée dans une organisation politique, et elle serait  » Macron compatible »….Avec des assurances sur sa volonté d’engager dès sa nomination, les premiers éléments du programme du NFP, les insoumis pourraient validés cette proposition. C’est sans doute une des dernières chances pour le NFP de pouvoir accéder au pouvoir de gouverner.

    • Magnus le 17 juillet 2024 à 12:33

      Pour Faure et Roussel il s’agit de donner un coup fatal à LFI en faisant entrer le parti dans un gouvernement qui ferait subir le même sort à LFI que celui que Syriza a connu en Grèce.

      Quant à Tondelier elle n’est pas vraiment si naïve que ça. Je ne me fais pas trop d’illusions sur l’élite d’eelv : elle voit dans ceci une occasion de grandir. Tondelier est douée pour paraître 100% transparente tout ça, mais justement, probablement il y a une partie de théâtre là-dedans, eelv commence à devenir un parti assez vieux là avec des fonctionnements bien rodés, il ne vient pas de voir le jour pour ainsi dire.

    • Pierre FRITSCH le 20 juillet 2024 à 06:08

      «Il s’agit de nous proposer une personne (…) qui signait il y a quatre jours une tribune dans laquelle elle appelait à constituer une coalition et un programme commun avec les macronistes». La position de Bompard et LFI me paraît raisonnable. Ceux qui veulent Tubiana me prennent pour un idiot.

    • claudine le 22 juillet 2024 à 21:02

      « quelques  » inconvéniants…elle serait macron compatible… c’est pourtout que les electeurs ont refusé massivement.

  36. Frédéric Normand le 17 juillet 2024 à 16:46

    Les partis ne trahissent pas leur électorat si les négociations qu’ils mènent après les élections au sein de la coalition au nom de laquelle ils se sont présentés à lui n’aboutissent pas. Ces partis ne se sont pas reniés, ne sont pas parjures, il y a simplement le fait que les points de blocage n’avaient pas été abordés dans leur plateforme programmatique. Les électeurs avaient tout loisir de s’en rendre compte et d’anticiper la cacophonie qui règne maintenant.

    Cacophonie tonitruante à gauche, plus feutrée à droite mais c’est dans les deux cas un spectacle des plus médiocres. La clarification est encore à venir. Elle sera là quand les partis auront acquis une culture du compromis, de l’alliance, de l’union entre partenaires très différents mais avec qui il faut savoir parler parce qu’il y a des raisons de le faire. Une culture qu’ils n’ont pas encore acquise. En cela, ces élections données pour calamiteuses auront eu au moins un rôle pédagogique. Il n’y a pas que la cour de récré, il y a aussi la salle de classe.

  37. yo le 21 juillet 2024 à 11:07

    « Et il jure que sa campagne a basculé en sa faveur du moment où il a acté sa rupture avec Jean-Luc Mélenchon.  »

    Oui et aussi suite au message dans la presse de papa Macron disant qu’il trouvait sympa Ruffin . ( Tu m’étonnes )

    Son élection , François Ruffin la doit probablement en partie aux votes des électeurs Macronistes qu’il a pourtant vilipendés ces dernières années . Même chose pour les autres dissidents .

    Faire le jeu, avec la grande majorité des médias et leur complicité , de l’anti Mélenchonisme ( je ne connais pas l’homme et j’admets volontiers qu’il puisse avoir des défauts ) à l’instar de ses amis » purgés » en pleine élection , était une erreur politique .

    yo , électeur à gauche de la gauche , non encarté , dans aucun mouvement ou parti , espèce d’indépendant de Saint Amour .

  38. yo le 22 juillet 2024 à 10:34

    Rectification .

     » La doit probablement en partie aux votes des électeurs Macronistes qu’il a pourtant vilipendés  » .

    François Ruffin n’a pas vilipendé les électeurs Macronistes ( pas fou quand même ) , au temps pour moi , mais le gouvernement de Macron , nuance importante , ces dernières années .
    il remet une couche quant à sa différence à gauche ( préparation pour 2027 ) avec Le NFP hier en le qualifiant de nullissime dans sa non décision pour la primature .

    Avec des amis de la sorte à gauche , Ensemble ( puisque c’est ainsi qu’il faut maintenant les nommer suite à leurs défaites électorales successives ) ne se donne même plus la peine d’invectiver ou de diffamer , le travail est fait dans les médias dominants .

  39. Francois Dumond le 22 juillet 2024 à 21:21

    Sébastien Délogu, député LFI de Marseille, est actuellement en procès devant le tribunal correctionel.

    Le proviseur d’un lycée et une CPE ont porté plainte contre lui pour coups et blessures.

    Il a recu une investiture.

    👉 https://www.leparisien.fr/faits-divers/le-proces-pour-violences-du-depute-lfi-sortant-sebastien-delogu-reporte-au-mois-de-janvier-25-06-2024-BCTSJZY24RGMTDETOF2MDPYWSI.php

    Sophia Chikirou, députée LFI de Paris, est accusée de harcèlement par plusieurs collaborateurs.

    Elle est également poursuivie pour détournement de fonds publics.

    Elle a recue une investiture.

    👉 https://www.francetvinfo.fr/politique/la-france-insoumise/temoignage-elle-nous-traitait-de-sales-rats-qu-elle-voulait-ecraser-une-ex-collaboratrice-denonce-le-comportement-de-sophia-chikirou_6100680.html

    En revanche, Danielle Simonnet, Frédéric Mathieu, Raquel Garrido, Hendrik Davi, Alexis Corbière sont dégagés. Aucune investiture. Au sein du groupe parlementaire, tout le monde sait pourquoi. Ils ont déclaré que Jean-Luc Mélenchon ne devait pas se présenter en 2027.

    Le message est clair.

    Chez LFI, frapper des gens ou détourner de l’argent, c’est visiblement beaucoup moins grave que critiquer Mélenchon

  40. Max le 22 juillet 2024 à 21:36

    C’est depuis longtemps que j’observe, que je vous observe. Vous êtes dignes d’une social-démocratie à la Hollande, vous ne représentez que vous-mêmes. Ayant constitué votre assos bien avant les européennes, vous avez délibérément choisi le moment pour tenter de saborder la LFI, avec l’investiture de la LFI, vous avez les portes grandes ouvertes dans la classe médiatique, vous n’avez pas lu le livre de Noam Chomsky : La fabrication du consentement : « De la propagande médiatique en démocratie » ? Vous êtes dedans ! maintenant, c’est clair !

Laissez un commentaire