Debrief_cover

#DÉBRIEF. Faut-il faire des enfants ? Glucksmann, l’enfant prodige du PS ?

Débrief politique de la semaine avec Catherine Tricot et Pablo Pillaud-Vivien.

17 commentaires

  1. Lucien Matron le 22 janvier 2024 à 10:24

    La proposition Raphaël Gluksman peut permettre au PS et aux socialistes déçus du macronisme , de se refaire, provisoirement et sur la politique internationale, une petite santé. Elle va surtout être utilisée par Macron et Attal, pour enfoncer le clou de la division à gauche. Après avoir déstabilisée la droite avec l’opération Dati, La macronie ne va pas se gêner pour faire la même chose à gauche. Gluksman a déclaré, récemment sur une radio par rapport à LFI et la NUPES ( qui n’existe plus), qu’il n’était pas d’accord sur l’Europe, sur l’Ukraine, sur la Chine, sur le moyen Orient. En mettant en avant, ces désaccords sur l’international ( encore faudrait il regarder de façon précise les votes de Gluksman au parlement européen), il montre surtout son refus de participer au rassemblement unitaire du peuple de gauche pour un changement de politique en France. Que dit-il sur le pouvoir d’achat, sur les services publics, sur le délitement du système démocratique, sur le pillage des matières premières dans le monde par la finance ? Rien ou pas grand chose. Hollande disait «  l’ennemi c’est la finance » mais n’a jamais osé lever le bras contre elle, Gluksman est sans doute pire, car il fait allégeance au système. Le devoir de la gauche est donc, me semble t’il de maintenir le cap de l’union la plus large possible pour mettre hors d’état de nuire, l’extrême droite, la droite et la macronie. Ne pas choisir ce cap, comme Gluksman, c’est se faire le complice objectif de l’ennemi. *

    • Frédéric Normand le 22 janvier 2024 à 11:54

      Votre position repose sur une évidence : l’union fait la force. Mais n’oubliez pas l’extrême-gauche dans les partenaires unis par devoir.

    • lasbleiz le 22 janvier 2024 à 17:23

      Gluksman a refusé de voter pour un appel au cesser le feu à Gaza. Il a également refusé de voter pour des sanctions économiques contre israël. Gluksman est un néo-conservateur assumé. le néoconservatisme. n’est pas de gauche et a provoqué de trop nombreuses catastrophes (Irak, Libye, soutien à Israël) Madame Tricot a visiblement fait le choix d’une gauche compatible avec l’UE sur le modèle espagnol, où la gauche sauvée puis portée par la gauche radicale a mis au pouvoir une gauche euro-compatible. Ce n’est pas idiot dans le contexte des rapports de force mais cela ne doit pas se faire au prix des compromissions inacceptables. la position néoconservatrice (et criminelle) de Gluksman, doit être discutée et non mise sous le tapis.

  2. Arthur le 22 janvier 2024 à 11:33

    Les positions de Regards virent de plus en plus au deux poids deux mesures à gauche. La semaine dernière le ralliement de la Gauche républicaine et socialiste et du parti de Montebourg (qui ne représentent pas grand chose et que personne ne connaît), c’est un formidable signe d’ouverture du PCF. Mais quand la France Insoumise s’ouvre au NPA, elle se cornérise avec un parti qui ne représenterait pas grand chose.
    Quand Glucksmann dit qu’il ne peut pas s’allier avec la FI et le PCF à cause de leurs positions sur l’Europe, il est cohérent avec ses positions. Mais quand Poutou dit la même chose, c’est le retour des deux gauches irréconciliables…
    Bref, beaucoup de débriefs à taper sur les uns et à excuser ceux qui ont saboté la NUPES… c’est plutôt décevant pour quelqu’un qui suit Regards depuis plusieurs années et qui pensait que les positions du journal étaient plutôt de favoriser l’unité à gauche.

  3. Michel Davesnes le 22 janvier 2024 à 16:57

    On a compris de quel côté est Catherine Tricot. Plutôt Glucksmann, le Macron bis, que Poutou et Mélenchon. Et vive la clairvoyance de Macron qui, avec ses grandes antennes dans la société, « sent » quels sont les sujet du moment (l’intelligence artificielle, la natalité…) Macron donne le la, et Mme Tricot embraye. Mme Tricot nous dit « à la gauche d’apporter ses réponses au sujet de la natalité ». Quand Pablo lui répond « elle le fait en réclamant des places de crèche et des moyens pour que les femmes puissent continuer à travailler », pour toute réponse », Mme Tricot pouffe. Préfèrerait-elle les réponses que Macron va apporter et que les féministes condamnent à l’avance, qui touchent avant tout aux problèmes de fertilité (« pas touche à nos utérus ! ») ?
    Où s’arrêtera le glissement à droite de Mme Tricot ?

    • lasbleiz le 22 janvier 2024 à 17:28

      Oui, tout à fait. il faut noter que la problématique de la natalité est loin de faire consensus (problème conjoncturel ou structurel?). C’est une thématique portée par l’extrême droite (plutôt la natalité que l’immigration) et par un président d’extrême centre qui dérive vers l’extrême droite. En accepter les termes sans les questionner, c’est faire le jeu de l’extrême droite.

  4. Berthelot Jacques le 22 janvier 2024 à 18:44

    LFI et le NPA les méchants , Glucksmann l’avenir de la gauche.
    C’est pitoyable.
    Comme c’est passionnant de savoir qu’il a beaucoup de « like ».
    Glucksmann sur l’Ukraine nous dit : il faut produire plus d’armes pour en fournir de plus en plus à l’Ukraine.
    Est ce que à gauche , cela serait-il possible de dire et de se battre pour l’ arrêt des combats, le retrait des troupes Russes?
    Voulons nous sauver les civils Ukrainiens des massacres ?
    Faut-il rappeler que la Russie viole la charte des Nations Unies ?
    On constate que comme Biden il est contre un cessez à Gaza et en Ukraine .
    Vive la guerre, Tout un programme pour la gauche , qu’en pensent les civils Palestiniens et Ukrainiens qui meurent sous les bombes ?

    • lasbleiz le 22 janvier 2024 à 23:33

      Tout à fait d’accord avec vous

    • Frédéric Normand le 23 janvier 2024 à 00:36

      Pour vous la paix c’est de capituler devant Poutine ? Vous êtes munichois.

      • lasbleiz le 23 janvier 2024 à 04:02

        Poutine est un criminel de guerre, tout comme Biden d’ailleurs complice à Gaza, mais n’est pas Hitler. S’il était Hitler, aucune négociation ne serait possible et la seule solution serait une guerre à outrance, jusqu’à Moscou, ce qui déclencherait une guerre nucléaire. Voulez vous une guerre nucléaire? Glucksman et les néoconservateurs sont des dangers.

        • Frédéric Normand le 23 janvier 2024 à 10:37

          Les gens avec qui il n’est pas possible de négocier ne sont pas tous nécessairement des nazis. Poutine n’est pas Hitler certes, mais il est Staline, du moins il fait référence à lui. Il ne veut de paix qu’à ses conditions : une Ukraine réduite à un État croupion, comme la Biélorussie. Seuls comptent pour lui les rapports de force, en cela il est proche de la logique du dictateur communiste qui s’imposa à Yalta, ne faisant un pas en arrière que pour faire deux pas en avant. Les conditions acceptables d’un traité de paix ne sont pas réunies actuellement.

    • zavadil le 23 janvier 2024 à 14:54

      «LFI et le NPA les méchants , Glucksmann l’avenir de la gauche.
      C’est pitoyable. »
      Tout à fait: LFI+ NPA & Glucksman et al = pitoyable: c’est ça que tu voulait dire
      Tutti = pitoyables
      🙂

  5. Berthelot Jacques le 23 janvier 2024 à 05:34

    Pour vous dire:
    « se battre pour l’ arrêt des combats, le retrait des troupes Russes,
    Voulons nous sauver les civils Ukrainiens des massacres ? »
    C’est capituler devant Poutine, et être « munichois ».
    Injure suprême.
    Où ai je écrit qu’il fallait capituler devant Poutine?
    Cela devient fatigant de voir comment le moindre propos est caricaturé et déformé.
    Dire arrêtez le massacre, retrait des troupes Russes , imposer le respect du droit international pourrait être la ligne de l’UE.
    Une partie de la gauche a perdu sa boussole.

    • Frédéric Normand le 23 janvier 2024 à 10:38

      Que voulez-vous concéder à Poutine ? Et s’il refuse vos concessions pour demander plus, que ferez-vous ? Tendre l’autre joue ?

  6. Berthelot Jacques le 23 janvier 2024 à 13:02

    C’est consternant de voir que quoique l’on dise de se faire traiter de complice de Poutine.
    Où ai je écrit qu’il fallait concéder quoique ce soit à Poutine ?
    Ou l’art de discréditer des arguments en les déformant, en les caricaturant.

    • Frédéric Normand le 23 janvier 2024 à 19:04

      Vous voulez lui faire déposer les armes sans combattre, sans rien donner en échange. Il y a de l’utopie là-dessous.

  7. Desmet Adeline le 4 février 2024 à 10:24

    Comment les gens peuvent avoir envie de faire des enfants quand on voit le monde dans lequel on vit tout augmente les gens ont du mal a s’en sortir, beaucoup finissent le mois dans le rouge, le congé parental est baissé, les femmes on a peine accouché qu’elles doivent laisser des étrangers gardé leurs bébés pour aller travailler c’est du n’importe quoi pourquoi vouloir augmenter la natalité alors que le gouvernement ne fait rien pour que le peuple est envie d’avoir des enfants

Laissez un commentaire