Debrief_cover

#DÉBRIEF. Bayrou se rebiffe et des hommes de 68 à la ramasse

Débrief de la semaine politique avec Catherine Tricot et Pablo Pillaud-Vivien.

4 commentaires

  1. Berthelot Jacques le 12 février 2024 à 11:10

    Très fort ce Bayrou NON ?
    Quand Bayrou retirait Césaire des programmes de français :
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2008/05/10/quand-bayrou-retirait-cesaire-des-programmes-de-francais_1043339_3224.html
    Bayrou nous dit qu’il a des désaccords profonds avec la politique menée par Mrs Macron et Attal, mais il nous explique que le MODEM reste dans la majorité ( relative).
    Bel art de la communication et de la tartufferie, il faut bien préparer une future candidature à l’élection présidentielle.

  2. HLB le 13 février 2024 à 00:14

    il fallait savoir être patient, avec cette chronique. En effet, le deuxième sujet, concernant, de fait, le droit de cuissage, perpétué dans les milieux de pouvoir, politique, artistique…est traité avec lucidité par Catherine et Pablo. Et encore, n’a pas été abordé le cas du monde de l’entreprise, publique comme privée, où les femmes sont souvent démunies de défense contre les chefs, petits et grands, avec l’odieux et lâche chantage à l’emploi !
    Par contre, le premier thème, où l’inévitable obsession de 2027 a été, pour la nième fois, abordée, m’a laissé une impression de déjà vu et revu !
    Avec une analyse politique qui se résume à une tactique purement comptable: qui pour empêcher Marine Le Pen de gagner l’échéance ? En clair, n’importe lequel sera le bon. Et là, on voit que les candidats sont interchangeables, avec une tentative désespérée pour rendre attrayants les prétendants: Bayrou, Edouard Philippe…. rien que des vieux briscards du capitalisme ultra libéral. Ou des jeunes déjà vieux comme Attal ou….Wauquier, même s’il n’a pas (encore) été cité comme rempart ! Tous ont en commun d’être des euro gagas et mondialistes, qui défendent bec et ongles la casse du secteur public, du petit commerce et de l’agriculture paysanne, toutes les régressions sociales, environnementales, partisans de tous les traités de libre-échange, de tous les projets écocides. Au lieu de dire, tout simplement, que c’est ce genre de personnages, aux manettes depuis pratiquement un demi siècle, qui favorisent l’abstention de masse ou le vote RN !
    Ils n’ont pas capté qu’une part croissante des forces vives de ce pays: salariat, petit commerce et artisanat, monde agricole, ont tourné la page de ces tristes représentants du monde d’avant. Et que leur « qualité » d’opposants d’un soir au RN, ne suffira sans doute pas à déplacer les foules d’abstentionnistes en leur faveur ! Car les gens qui font encore l’effort de se déplacer aux urnes le font sur un projet politique, et non plus pour choisir le supposé « moins pire » !
    En tout cas, personnellement, et surtout depuis Macron, après déjà 5 ans déjà difficiles sous Sarkozy et Hollande, je ne lèverai pas le petit doigt pour les aider à se prolonger encore.
    Depuis déjà plus de 20 ans, 2002 exactement, les élections se résument, pour moi, au premier tour, le deuxième étant sans intérêt….

  3. Berthelot Jacques le 13 février 2024 à 10:45

    Ce qui est inquiétant dans cette chronique, sur un site de gauche c’est que la gauche semble être passée à la trappe pour être susceptible de s’opposer au RN à l’élection présidentielle.
    On nous explique que Bayrou ferait un bon candidat , rassembleur.
    Curieux constat d’échec par anticipation, la gauche hors jeu .
    Le régime d’injustice , d’inégalités , de discriminations validé par ce deuxième tour de reproduction du système……

    • lasbleiz le 16 février 2024 à 04:31

      Très juste, une première partie de debrieff pour rien, discussion de salon de droite

Laissez un commentaire